Section PCF de Hellemmes

Section PCF de Hellemmes
Accueil
 
 
 
 

Hellemmes : Mobilisation contre l'implantation d'une antenne relais de Bouygues

Décidé sans concertation avec la population par la mairie de Lille alors même que les élus communistes, Roger Maly en tête s'était prononcés défavorablement, la question de l'implantation d'une antenne 4G au cœur d'Hellemmes mobilise les riverains. Une preuve de plus que le projet de métropole, et donc de la disparition des communes et de leurs pouvoirs locaux, est un grave danger pour la démocratie et notre vie locale !

 

Hellemmes : les grandes oreilles de Bouygues sifflent avec la mobilisation contre l’antenne relais

PUBLIÉ LE 

Par Lakhdar Belaïd

 

Les habitants de la rue Louis-Blanc étaient mobilisés en nombre, ce lundi soir. À partir de 18 h, à la mairie d’Hellemmes, une trentaine de résidants tenaient ouvertement tête à un représentant de Bouygues Telecom venu leur expliquer (ou en tout cas tenter) les réalités de l’antenne 4G que l’opérateur espère implanter dans leur quartier.

<br />
Les opposants mettent notamment en avant une pétition importante et le fait que plusieurs écoles se situent à proximité.<br />

« Nous voulons une attestation d’assurance de non-toxicité », martèle Julien Chappuis, assis face à Frédéric Marchand, maire, à Roger Maly, adjoint au maire à l’urbanisme, et au porte-parole de l’opérateur. Cause de cette angoisse : les effets des ondes électromagnétiques «Mais, cette attestation, elle existe ? », s’interrogent les élus. S’ensuit une longue conversation à plusieurs voix. Une chose est claire : « On n’en veut pas ! », martèlent les riverains de la rue Louis-Blanc. Rejoints, d’ailleurs, par Roger Maly. Aussi patient que stoïque, Frédéric Marchand tente d’expliquer les simples questions de procédure. Bouygues a tout simplement respecté les règles en vigueur. « Mais, vous, vous voulez aller au-delà », comprend bien le maire d’Hellemmes.

 

Frédéric Marchand va écrire à Bouygues

« Au nom du principe de précaution », rebondit Julien Chappuis. « Celui-ci ne fonctionne pas pour les antennes relais », rétorque-t-on aussitôt côté mairie. « Quand je vais au contentieux, j’aime bien gagner », appuie Frédéric Marchand. « L’association Robin des toits peut vous aider », contre-attaque Karine Chappuis, épouse de Julien et représentante locale de cette association de défense de l’environnement. Dans la salle, les noms de produits déjà clairement vécus comme nocifs fusent : « amiante, produits phytosanitaires, etc. ». Agitant une pétition ayant déjà obtenu 250 signatures, les habitants ne veulent pas céder. « Vous allez sous-louer à d’autres, s’emporte Nathalie Herrengt. Si l’antenne arrive, d’autres suivront.» Les élus ne sont pas franchement hostiles à la position de leurs administrés. Juste tiraillés entre les craintes des habitants et le risque d’un recours en justice de la part de Bouygues. «Très bien, je vais écrire à Bouygues et lui demander cette attestation, tranche le maire. Et si je ne l’ai pas, je lui demanderai de garder son antenne. » Précisant : « Je pense que Bouygues ne répondra pas. »

Source : http://www.lavoixdunord.fr/region/hellemmes-les-grandes-oreilles-de-bouygues-sifflent-avec-ia19b57402n1877571

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.